Accueil > REALISATIONS > 2007/08/09 > Le constat et les projets 2008

Le constat et les projets 2008

ACTION D’AIDE AU DEVELOPPEMENT

AU BURKINA FASO en 2007/2008


CONSTAT ET PROJETS


EXTENSION DU MARCHE DE DOUROULA

Constat

Actuellement le marché a lieu tous les 5 jours et il accueille les villageois du département de Douroula et d’autres commerçants de la région. A ce jour seul un module en dur que nous avons construit en 2003 existe.

La majorité des activités du marché se déroule sous des abris en bois non étanches et lors de la saison des pluies, il ne peut donc pas s’effectuer normalement.

Par ailleurs, les abris en bois sont attaqués par les termites et les intempéries ce qui impose un renouvellement permanent de la structure, cela ne fait qu’accentuer la déforestation et favoriser l’avancée du Sahel.

Sur le plan hygiène, on pourrait apporter des aménagements non négligeables pour éviter de déposer les aliments à même le sol et qu’une cohabitation des êtres humains avec les animaux subsiste.
Sur cet espace il est implanté un centre culturel sans latrines, une mosquée, un maquis, une boulangerie.

Construction de boxes aménagés pour les commerçants

Ces modules seront implantés vers la nationale 10 qui se situe sur axe routier important qui va en direction du Mali et de Dédougou et qui plus sera situé vers un arrêt de bus et prochainement vers le futur collège. Cet aménagement sous les modules nous a été demandé par le Conseil Municipal de Douroula pour plusieurs objectifs : Sédentarisés les commerçants afin de mieux gérer les emplacements et prélever la taxe du marché pour augmenter les ressource de la mairie, de répondre au développement de celle-ci et aussi aux besoins de la population du village et de passage.
Ces boxes seront construits avec des briques BTC issues du plan de formation qui sera mis en place et ils seront réalisés par les jeunes burkinabé ayant une formation de maçonnerie, sous la surveillance d’un responsable de chantier

Construction d’un maquis (petit lieu de restauration

Ce commerce à un potentiel de développement non négligeable du à la présence du marché, de l’arrêt de bus et de la proximité du collège qui regroupe plus de 16 villages et qui n’a pas de cantine

Ce maquis sera implanté sous un module

Son équipement comprendra une salle de restauration, un cuisine ‘un local pour stocker et une terrasse
Il sera géré par une personne ayant les compétences requises
Le bâtiment sera loué à la commune

Il sera réalisé par les jeunes formés aux techniques de construction sous la conduite d’un responsable de chantier

FICHE PROJET

Commune

Commune rurale de Douroula située dans la Région du MOUHOUN

Titre du projet

Reconstruction d’un marché rural

Localisation

Marché actuel ou au bord de la RN 10 (Débat avec le Conseil Municipal )

Maître d’ouvrage

Mairie de Douroula

Maître D’œuvre

  • Afriq’Energies & lycée Pierre Adrien PÂRIS de Besançon
  • ADDD : Association du Développement du Département de Douroula

Bénéficiaires

  • 120 commerçants sédentaires et non
  • La nouvelle commune de Douroula les commerçants

Objectif global

Remplacement d’un marché construit en bois par un marché évolutif en dur afin d’apporter des revenus, de la richesse à la commune de Douroula et améliorer les conditions d’accueil, de vente et d’hygiène.

Justification

  • Actuellement le marché de Douroula est construit entièrement en bois recouvert de feuillage, une dégradation des structures en bois par les intempéries et les termites impose un renouvellement permanent et par conséquence participe à la déforestation déjà importante dans cette région.
  • Améliorer les conditions de vente tant sur le plan hygiène qu’ humain
  • Apporter de la richesse à la communauté de Douroula
  • Apporter des revenus à la Mairie de Douroula
  • Mieux accueillir les commerçants
  • Offrir des débouchés à la production locale
  • Assurer la pérennité du marché toute l’année y compris pendant la saison hivernale (pluies)
  • Former des villageois aux techniques de construction pour assurer l’extension continuité des travaux et apporter un revenu complémentaire
  • Ce projet répond à une demande du Conseil Municipal de Douroula

Description sommaire du projet

  • Réaliser deux des douze modules répétitifs prévus ayant un concept architectural simplifié en lien avec l’architecture locale. Ce module aura pour dimensions 9,00m par 18,00 m = 160 m2
  • Il se composera de 10 Piliers en briques de latérite avec ossature BA reposant sur des semelles isolées en BA de 5 fermes métalliques et d’une couverture en bacs alu zinc
  • Dans ces modules il est prévu de construire des boxes en dur pour accueillir des commerçants sédentaires et non sédentaires
    • Ces modules seront équipés de rayons et fermés par des volets mobiles
    • Ces aménagements permettront de dynamiser ce pôle, d’augmenter l’économie locale et également les ressources financières de la commune qui pourra mieux prélever la taxe de ces emplacements bien définis

Il est prévu dans un module d’aménager également la réalisation d’un maquis (petit restaurant / buvette)
Sa situation au bord de la route et coté d’un arrêt de bus qui dessert un axe routier important allant vers le Mali favorisera le commerce et à moyens terme il sera construit un collège de brousse l’autre côté de la route

Ce concept simplifié permettra aux personnes formées et évaluées d’exécuter les autres modules
Ces travaux seront réalisés en partenariat avec l’association AFRIQ ENERGIES et le lycée professionnel et technologique Pierre Adrien PARIS de Besançon (Ville jumelée avec Douroula depuis 20 ans)

Maître œuvre

Des professeurs et 20 élèves de Bac PRO et BTS BÄTIMENT et TP de Besançon participeront à cette action. Ils ont déjà réalisés plusieurs constructions sur Douroula De plus les enseignants de l’établissement sont habilités à évaluer des compétences professionnelles

Organisation du projet

  • Les contacts seront avec les fournisseurs et entreprises seront pris directement par Afriq’Energies
  • Le partenaire du Nord souhaite gérer l’achat des matériaux
  • L’achat des matériaux sera effectuée par Afriq’Energies
  • La gestion les matériaux des matériaux sera assurée sous le contrôle d’Afriq’Energies.
  • Les factures seront payées par d’Afriq’Energies
  • Coût estimatif du projet : nombre de modules prévus pour 2008 : trois
    • 3900€ (matériaux ) / module réalisé par les acteurs du Nord et du Sud et une entreprise locale pour la charpente métallique
    • 600€ par boxe soit 10 boxes
    • 200€ outillage

Apport financier du promoteur pour l’achat des matériaux :

  • Mairie de Douroula : 5 % (taxes du marché ) + apport physique de la population
  • Ville de Besançon :35 %
  • Afriq’Energies : 60 % + apport physique + valorisation intellectuelle sur l’étude
  • ADDD : Apport physique

FORMATION PROFESSIONNELLE AUX TECHNIQUES DE CONTRUCTION POUR LES JEUNES BURKINABE

Objectifs  :

  • Former un groupe de jeunes burkinabé aux nouvelles techniques de construction afin d’améliorer leurs conditions de vie tant sur le plan de la qualité de l’habitat que sur la création d’emploi. Apport de ressources financières complémentaires et augmentation de la durée de vie des bâtiments par rapport aux constructions en banco, très vulnérables aux intempéries.
  • Evaluer les compétences des jeunes.
  • Les mettre en situation.
  • Envisager la création d’un groupement artisanal pour les nouvelles constructions et assurer la maintenance de bâtiments existants.
  • Maintenir les jeunes dans leur région.

Procédé de construction :

  • Méthode de la brique BTC améliorée de 5% de ciment

Démarches sur le déroulement du plan de formation

Recrutement
Le choix de 4 jeunes intéressés par cette formation sera effectué selon le cahier des charges établi
Dépôt de candidature à la mairie de Douroula :
Critères retenus :

  • Motivation
  • Comprendre et parler le français
  • Avoir des aptitudes professionnelles
  • Engagement moral par rapport à l’investissement sur le projet

Moyens mis en œuvre :

  • Achat d’une presse à brique et du matériel complémentaire par les acteurs du Nord :
  • Achat de documents concernant cette technique
  • Prendre contact avec des professionnels locaux ayant les compétences requises pour cette technique
  • Arrêter un plan de formation pour la fabrication des BTC et pour la maçonnerie et les moyens en matériels

Période de formation :

  • Début Octobre 2008
  • Durée trois mois
  • Application réalisation 6 mois

Responsables du plan de formation :

  • Afriq’Energies et le Lycée Pierre Adrien PÂRIS de Besançon
  • Mr Ignace Zoungrana, professeur burkinabé d’un centre de formation, génie civil ayant les compétences requises
  • Appui conseil d’une entreprise locale Mr Sanou Maurice

Déroulement du plan de formation :

  • Analyse du site d’extraction pour la terre de latérite
  • Initiation aux techniques de malaxage de la terre
  • Utilisation de la presse
  • Organisation du poste de travail
  • Méthode de pose pour élever des murs droits, pilier, voûte
  • Lecture d’un plan de maison simple
  • Notions de gestion : calculer ses besoins en matériaux
  • Donner des notions sur le temps d’exécution
  • Programme ci-joint
  • Evaluer le temps d’exécution
  • Définir un prix de revient des travaux

Suivi sur l’évolution du projet

  • Mr Ignace Zoungrana, moniteur du centre de formation et l’entreprise Sanou Maurice assureront la formation, le suivi de la mise en place de chantiers
  • Afriq’Energies
  • L’ADDD
  • Mairie de Douroula
  • Association ACACIA de Ouaga partenaire de la Ville de Besançon
  • Un compte rendu sera envoyé aux acteurs du Nord

Coût de la formation

  • Formateur : 1600 €
  • Matériel
    • Presse BTC : 2600 €
    • Outillage : 500 €
    • Matériaux 200€


CONSTRUCTION DE LATRINES SECHES

Situation

  • Ce type d’équipement est inexistant et cela pose des problèmes d’hygiène et environnemental
  • Le concept actuel est une fosse naturelle privée qui ne peut être vidangée. Cela peut engendrer la pollution des puits et forages environnants.
  • La construction d’équipements publics, marché, centre culturel, musée, administration, écoles primaires et collège ne font qu’accentuer ce phénomène de pollution et le manque d’hygiène

Solutions

  • Réaliser des latrines sèches éco-compost de type africain permettra de viser plusieurs objectifs :
    • Améliorer l’hygiène
    • Améliorer la fabrication du compost pour les cultures maraîchères en récupérant des excréments
    • Sensibiliser et éduquer les usagers à ce nouveau concept.

Travaux

  • Réalisation des plans par Afriq’Energies
  • Estimation des travaux
  • Réalisation des travaux par les locaux sous la conduite des acteurs du Sud et du Nord

Financement

  • Subvention du Nord
  • Coût : 1500 €
  • Participation physique de la population

REHABILITATION DE LA MAISON DU JUMELAGE DE DOUROULA

Etat des lieux

Dans le diagnostic effectué par les universités de Franche Comté et de Ouagadougou il apparaît que le patrimoine de cette région et très riche tant sur l’architecture et socioculturel et historique et d’autant plus que depuis la réalisation d’un musée communal, conçu et réalisé par Afriq’Energies, permet de faire découvrir 3000 ans d’histoire africain ainsi qu’un site archéologique faisant partie des plus ancien de l’Afrique de l’Ouest.

Afin d’accueillir des visiteurs en mettant en place le futur projet d’éco-tourisme, il faudrait envisager de réaliser un campement offrant des qualités d’accueil correctes au contexte (demande de la commune en 2007)

Actuellement il existe une maison du jumelage aménagée sommairement pour accueillir des groupes

Objectifs

  • Il serait opportun de commencer par la réhabilitation de la maison du jumelage afin de ne pas trop investir
  • Réhabiliter la maison en créant des espaces individualisés et un service de restauration
  • Créer des emplois
  • Apporter des ressources complémentaires à la commune de Douroula
  • Apporter des ressources complémentaires au personnel
  • Mettre en place un plan de formation pour les acteurs

Maître d’Ouvrage

Commune de Douroula

Maître d’œuvre

  • Afriq‘Energies et lycée Pierre Adrien PÂRIS de Besançon / élèves BTCA
  • L’ADDD

Dossier d’étude

Documents existants :

  • Dossier de plan sommaire
  • Descriptif succinct,
  • Photos du bâtiment

Cahier des charges :

  • Objectifs : dans cette restructuration plusieurs objectifs sont à viser :
    • optimiser l’espace existant pour accueillir des visiteurs en leur donnant un maximum de confort adapté au contexte africain et du lieu
    • améliorer le confort sur le plan thermique(température maxi 45°C, saison des pluies : mai à octobre)
    • créer des espaces nuits individualisés pour deux personnes avec moustiquaire avec sanitaire individuel(douche, lavabo, en sachant qu’il n’y pas d’eau courante, de tout à l’égout et d’électricité (prévue en 2009 /10 ? )
    • les WC seront réalisés à l’extérieur pour des raisons d’hygiène (actuellement il existe un WC non couvert à l’africaine situé à l’ex du bâtiment (d :100m) )
  • prévoir un espace de restauration (cuisine sommaire avec magasin et salle de restaurant )
  • aménager un espace de vie convivial
  • réaliser les travaux à moindre coût en utilisant les matériaux locaux et les techniques locales
  • Rechercher un type d’aménagement en donnant un caractère africain

Travail attendu

  • Remettre au propre le plan de la maison
  • Effectuer des propositions d’aménagements APS
  • Chiffrer les avants projets et retenir un projet

Planning

  • Dossier de plan existant
  • Propositions des APS (avant-projet sommaire)
  • Devis estimatif :
  • Présentation du projet à la commune de Douroula en octobre 2008
  • Mise au propre de L’APD en 2008 : (avant-projet définitif)
  • Devis estimatif en 2OO8 avec les fournisseurs de matériaux et entreprises burkinabé :
  • Travaux en 2009 :

Perspectives

Il faudra prévoir la mise en place d’un plan de formation pour assurer la gestion de ce complexe


SANTE

Mise en place d’une action éducation/santé avec l’Institut de Formation des Soins Infirmiers DE VESOUL

Une convention est signée entre l’IFSI et le Lycée Pierre Adrien Pâris

Les élèves infirmiers auront plusieurs missions à préparer et à effectuer pour ce séjour :

  • S’informer sur les maladies tropicales et sur les règles d’hygiène à respecter en Afrique
  • Sensibiliser les acteurs Nord avant le départ sur les règles à respecter et les précautions à prendre lors du séjour
  • Assurer la couverture du groupe lycéen sur le plan médical pendant le séjour
  • Conduire le projet hygiéno-diététique demandé par les jeunes mamans pour les accompagner dans le sevrage et la contraception, l’alimentation, l’hygiène et sur les symptômes des maladies infantiles (diarrhée, réhydratation ) et la malnutrition en lien avec le major du poste de santé primaire et la responsable de la maternité de Douroula :
    • Réaliser des affiches pédagogiques
    • S’informer sur la bouillie UNICEF pour les nourrissons
    • Animer les réunions avec les femmes
    • Evaluer l’ action
  • Travailler au CSPS et à la Maternité
  • Découvrir le milieu médical africain en visitant l’hôpital de Dédougou.
  • Repérer les thérapeutiques utilisées par la population, les pathologies existantes
  • Rédiger un compte rendu
  • Présenter leur action à leurs camarades de l’IFSI

Ce projet sera préparé par des échanges avec le major du CSPS et la responsable de la maternité

Les élèves seront évalués pendant leur séjour par les acteurs du Sud et du Nord ( résultats pris en compte pour l’examen de 3éme année du diplôme)


A LA DECOUVERTE DE L’AUTRE ET DE SA CULTURE

Depuis que nous réalisons des projets dans la commune de Douroula, nous avons effectué plusieurs constats au niveau de la culture et du patrimoine local. La transmission des savoirs passe par l’oralité, un artisan potier par exemple initiera son propre enfant à ces techniques, de plus, l’histoire du village se transmet de la même façon, il n’y pas d’écrits, ou très peu, enfin, le rôle du griot n’est pas à négliger dans la transmission des nouvelles, des messages à donner aux villageois, même si son rôle tend à s’amoindrir il n’en reste pas moins un pilier des traditions à préserver, à perpétuer pour ne pas les oublier.

Ainsi plusieurs actions ont été menées dans ce sens, et d’autres envisagées pour permettre à la commune de Douroula de préserver son patrimoine et de le valoriser.

En ce qui concerne les élèves de notre lycée, il est important de les « emmener » vers une autre culture, leur faire découvrir un autre monde, celui des pays en voie de développement, les sensibiliser au bénévolat, les faire travailler en collaboration avec un étranger, afin qu’ils deviennent des adultes responsables et citoyens ;

Méthode

Avant de partir au Burkina Faso, les élèves auront à effectuer des recherches concernant les faits historiques et les principales données géographiques du pays, en effet, il paraissait important de s’approprier quelques connaissances de base pour tisser un premier lien avec les autochtones.

Par groupe au CDI, les élèves recenseront des informations en histoire, qui permettront de réaliser une frise chronologique, et en géographie pour réaliser des tableaux dans les domaines de la population, l’agriculture et l’économie..
Ils prépareront un carnet de voyage.
Ils effectueront des recherches sur place en fonction de thèmes précis.
Ces informations transversales mettront en évidence les problèmes liés au développement

Objectifs  :

Avant le séjour :

  • travailler avec les élèves sur la géographie, l’histoire, les coutumes du Burkina Faso et de l’Afrique
  • apprendre à réaliser un carnet de voyage
  • écrire et mettre en scène des saynètes ayant pour thème notre civilisation (cf. page suivante)
  • sensibiliser au développement durable
  • Donner quelques notions sur l’archéologie et sur l’importance de la sauvegarde du patrimoine
  • Donner un historique sur l’évolution sur l’architecture

Pendant le séjour :

  • visiter des villages avec les élèves pour une meilleure connaissance de la commune de Douroula
  • terminer la plaquette « touristique » : il reste une partie concernant les masques à travailler en collaboration avec l’université de Ouagadougou
  • participer au collage de poteries pour le musée
  • jouer les saynètes préparées devant la population locale en lien avec les élèves de l’école de Douroula
  • découvrir l’architecture africaine, l’artisanat, les coutumes
  • comparer les modes de vie entre les différentes cultures, ethnies et pays (Mali et Burkina Faso)
  • effectuer un diaporama sur notre mode de vie avec une exposition au musée

Après le séjour :

  • terminer le carnet de voyage
  • rendre compte des actions aux autres élèves du lycée
  • réaliser une exposition

Action théâtre

Chaque année, lorsque nous nous rendons à Douroula, Siaka Koné, jeune villageois, nous présente quelques scènes théâtrales grâce à la troupe qu’il a mise en place avec l’aide des acteurs du Sud et du Nord. Ces pièces qui ont pour objectif de transmettre des messages à la population et faire comprendre des situations : sida, rôle de l’école, importance de la décentralisation dans les villages et les danses.

Nous apprenons beaucoup sur la culture d’un pays en assistant à ces représentations, ainsi, l’idée nous est venue de jouer nous aussi quelques saynètes représentant des événements courant de notre vie aux villageois de Douroula afin qu’ils comprennent mieux notre façon de vivre.

Depuis plusieurs années et lors du séjour de novembre 2007 nous avons rencontré Malachie Dakuyo, ancien instituteur du village et maintenant formateur dans les actions culturelles. Il met en place des plans de formation culturels sur le plan théâtrale, ateliers musicaux, ateliers de comtes, actions sur l’environnement avec les écoles et les adultes de la Région du Mouhoun. Des rencontres culturelles avec nos élèves ont été organisées avec lui lors de nos derniers séjours.

Nous lui avons exposé de travailler avec lui notre projet de réaliser des sur des saynètes entre les acteurs du Nord et du Sud. Il propose en effet de joindre les élèves de l’école de Douroula à ce projet pour leur permettre de découvrir le théâtre, plusieurs fois dans l’année, il se rendra à Douroula pour travailler des saynètes avec les élèves burkinabé et nous ferons la même chose avec nos élèves en France :

Cinq thèmes ont été sélectionnés :

  • la famille
  • l’alimentation
  • le travail
  • les évènements socioculturels
  • l’école

Lors de l’écriture, les mots employés devront être simples car beaucoup ne comprennent pas le français.

En 2008, lorsque nous nous rendrons à Douroula, français et burkinabé joueront devant la population au centre culturel, puis à l’issue de ces représentations chacun se déguise pour participer à la fête qui clôturera cette soirée.

|| | Plan du site | AE Copyright © Afriq'Energies  |  Mise à jour : 01 avril 2017  ||