Accueil > REALISATIONS > 2007/08/09 > Les activités culturelles 2008

Les activités culturelles 2008

ACTION D’AIDE AU DEVELOPPEMENT

AU BURKINA FASO en 2007/2008


ACTIVITES CULTURELLES


Avant le départ les élèves ont été sensibilisés à l’aspect géopolitique du pays ainsi que sur le volet culturel et santé

Afin de découvrir la culture de l’autre :
Nous avons abordé une découverte sur les religions, la vie quotidienne, les contes, l’architecture, le patrimoine, les espaces naturels, l’artisanat, l’art ……

Nous avons également eu le plaisir d’écouter des contes, pièces théâtrales et les rythmes africains en invitant la population de Douroula.

Nous avons effectué une étude sur l’architecture soudanaise et sur l’habitat en fonction des différentes ethnies résidant dans les différents villages et villes.
Une présentation ethnographique et archéologique de la Région du Mouhoun a été effectuée par Mr Lassina KOTE.

Les élèves ont bénéficié d’une préparation du séjour au cours de l’année scolaire, en effet, ils ont effectué des recherches sur le Burkina Faso afin de connaître un peu mieux le pays dans lequel ils allaient séjourner. Sur place, nous avons visité différents musées et villages, de plus nous avons assisté à des spectacles, tout cela a contribué à compléter leur formation culturelle du pays.

Les musées

Le musée de Manéga
Ce musée, situé à 50 km au nord de Ouaga, est le plus grand musée ethnologique de l’Afrique de l’Ouest, créé par maître Pacére (avocat et écrivain de renom), il rassemble de nombreux objets qui retracent l’histoire du pays : masques, bronzes, objets sacrés, vêtements, et des types d’habitat. Ce musée est un hommage aux ancêtres, il participe à la reconstitution de l’histoire des hommes et permet une meilleure compréhension des coutumes.

Le musée de Douroula
Construit en 2005 lors d’un précédent séjour, le musée de Douroula est composé de deux salles, une salle ethnologique, qui retrace les us et coutumes des différentes ethnies de la commune, et une salle archéologique où sont exposés différents objets retrouvés sur le site archéologique par de Douroula par M. KOTE (archéologue) : bijoux, poteries... . Les élèves ont ainsi pu admirer le bâtiment construit par leurs camarades et comprendre l’histoire du village sous la conduite de Lassina Koté.

Nous avons effectué avec M. Malachie Dakuyo, animateur culturel, une médiatisation du musée en allant dans différentes écoles à Dédougou pour présenter une fiche du musée, (voir page suivante) l’objectif est d’inciter les jeunes à se déplacer à Douroula pour visiter le musée. L’accueil très favorable reçu lors de ces rencontres tend à prouver que les burkinabè comprennent la nécessité de protéger le patrimoine de leur pays pour le transmettre, et surtout avoir une meilleure connaissance des traditions pour qu’ ’elles ne se perdent pas.

Les villages

Quand nous étions à Douroula, les élèves sont venus par petits groupes visiter des villages différents de la commune afin de comprendre le mode de vie sur les différentes ethnies et l’architecture, ainsi ils ont découvert un village Mossi, avec ses cases rondes et une concession circulaire, un village Peul, aux cases en paille et avec un intérieur typique de cette ethnie : rangements parfaits, peinture sur les murs ... et un village Marka, aux cases carrés. Dans ces villages, ils ont assisté à la vie des habitants, le retour des récoltes, les femmes puisant l’eau ou travaillant à moudre le mil.
Ils ont beaucoup apprécié l’accueil chaleureux de nos hôtes.

Les élèves BTCA se sont livrés à la peinture en réalisant des tableaux sur certaines constructions anciennes de Douroula

Lors du séjour, nous avons travaillé M. Siaka SOARE, guide du village et du musée (guide formé par une action d’Afriq’Energies)
Nous avons d’abord effectué une première visite du village de Douroula, commentée par Siaka, puis nous avons retravaillé cette visite en ajoutant des précisions afin de rendre la visite plus complète et plus vivante. Nous avons élaboré un parcours, avec les points d’arrêt obligés, puis je réaliserai des fiches comme support qui pourront l’aider.
Il s’agit, lors d’une visite, d’associer le savoir du guide aux anecdotes connues par les anciens, tout prêts à les raconter, aux détails plus techniques sur l’architecture et les constructions.

Les capitales

Lors du séjour, les élèves ont pu découvrir deux capitales : Ouagadougou et Bamako, ils ont ainsi pu comparer le mode de vie différent entre ces deux villes issues de pays voisins, à savoir le Burkina Faso et le Mali, et pourtant avec un nombre d’habitants similaire.
Ouagadougou est une ville, certes en développement, mais où les voitures n’ont pas encore envahies les axes, d’ailleurs il est plus aisé de se promener à Ouagadougou qu’à Bamako. Les élèves ont découvert le centre artisanal, ils ont assisté à la fabrication d’objets en bronze, en cuir ou de Batik. Ils ont aussi effectué un tour de la ville en bus afin d’en comparer les différents quartiers, contrastes saisissant entre riches et pauvres, typiques des villes en voie de développement. Nous avons eu la chance de visiter aussi le journal LE PAYS, nous avons assisté au tirage d’un numéro.
A Bamako, il est plus difficile de circuler, à pieds ou en voiture, la ville s’étend davantage et semble plus développée alors que le PNB est identique à celui du Burkina Faso. Les élèves ont moins apprécié cette ville où le « blanc » fait toujours référence à richesse et touristes ce qui rend les contacts plus difficiles.

Le Mali

A la fin du chantier, nous sommes partis pour un circuit de six jours au Mali, nous avons pu découvrir le pays Dogon avec ces villages perchés dans les falaises et les anciennes maisons des pygmées, ses cultures d’oignons avec ses barrages implantés par L’ethnologue Marcel Griaule et grâce aux explications de notre guide, nous avons apprécié visites.

Puis notre circuit est passé par les villes de Mopti, ville « grouillante », de commerçants autour du port et très touristique, ville étape sur le fleuve Niger.
Un groupe d’élèves BTCA est allé visiter un hôtel, la maison rouge, construit récemment par un bisontin architecte, qui s’est inspiré de l’architecture locale de l’Afrique Noire et en réalisant des chambres à thème en l’honneur des grands architectes africains ‘très belle réussite.

Ségou, ancienne ville coloniale implantée au bord du fleuve Niger, ville propre, typique par son architecture coloniale et ses poteries .Là nous avons effectué une balade sur le fleuve à bord d’une pinasse pour aller visiter un village dans lequel on a pu assister à la fabrication de poteries

Bamako, Capitale du Mali implantée sur les rives du fleuve Niger, très cosmopolite, très grouillante où cohabite harmonieusement des groupes ethniques différents avec des véhicules très polluants.
Une architecture très riche et très variée qui abrite des marchés animés et riches sur le plan artisanal

Les spectacles

Nous avons assisté à une soirée musique, prestation donnée par la troupe Yiribasso spécialisée dans les percussions, puis à une soirée conte, donnée par la troupe de Malachie Dakuyo.

Nos élèves ont préparé aussi un spectacle, écrit en France et joué à Douroula, il s’agit de saynètes qui retracent des moments de la vie française : vie de famille avec deux adolescents mécontents, immigré débarquant en France confronté aux administrations, vie dans une classe de lycée. Tous les villageois ont été conviés, ils ont apprécié le spectacle. Ensuite, un jeune du village, qui a une troupe de théâtre, a offert aussi une prestation.

Bilan culturel

Depuis des années nous travaillons, lors de nos séjours, sur les aspects culturels, à ne pas négliger malgré l’objectif premier qui est la construction. Nous avons pu constater que les élèves, plus ou moins réceptifs, apprécient cependant de découvrir une autre culture, d’autres modes de vies voire d’échanger avec des jeunes. La culture permet aussi d’aborder une réflexion plus profonde sur le sens des traditions, le respect de rites, sur la différence et sur la tolérance.

Afin de connaître encore mieux l’Afrique nous avons terminé notre séjour par une découverte du Mali via le pays Dogon, avec un retour sur Bamako

|| | Plan du site | AE Copyright © Afriq'Energies  |  Mise à jour : 01 avril 2017  ||