Accueil > REALISATIONS > 2010/11/12 > Le constat et les projets 2011

Le constat et les projets 2011

ACTION D’AIDE AU DEVELOPPEMENT

AU BURKINA FASO en 2010/2011


CONSTAT ET PROJETS


EXTENSION DU CENTRE D’ACTIVITES COMMERCIALES DE LA COMMUNE DE DOUROULA

Introduction, présentation de l’association et du projet

L’association Afriq’Energies en partenariat avec le lycée des Métiers du Bâtiment et travaux publics Pierre Adrien PÂRIS de Besançon interviennent depuis 23 ans au Burkina Faso et au Mali dans des projets concernant l’éducation et la formation professionnelle, le développement économique local la sauvegarde et la valorisation du patrimoine et des actions culturelles.

Ces projets sont réalisés à la demande des locaux depuis l’étude de faisabilité (plans, étude de prix, financement) jusqu’à la réalisation complète avec les autochtones et le suivi des actions

Le village de Douroula, chef-lieu de la commune possédait un marché traditionnel qui a lieu tous les cinq jours. Il était conçu en bois sauvage ce qui le rendait vulnérable pendant la saison des pluies. De plus la dégradation était accélérée par l’action des termites. Enfin, cette technique de construction participait à la déforestation.

La commune souhaite s’agrandir vers la route nationale N10 car l’Etat y a implanté toutes les infrastructures administratives (mairie, préfecture collège) et nous y avons également construit un musée en 2005.

La commune a envisagé de créer un espace commercial au bord de la route en 2007 pour sédentariser un certain nombre de commerçants, recueillir des ressources financières et répondre au mieux aux besoins des habitants.

Elle nous a sollicités en 2006 pour construire la première partie qui comprenait des boutiques et un maquis (petite restauration)

Origines et objectifs de l’action

Accompagnement depuis 23 ans dans différents axes du développement de la commune :

  • Sédentariser les commerçants
  • Dynamiser l’économie locale
  • Améliorer les conditions de ventes tant sur le plan de l’agencement, que sur le plan de l’hygiène.
  • Répondre aux besoins des habitants et apporter des ressources supplémentaires à la commune
  • Maintenir la population dans le village
  • Former les autochtones aux techniques de constructions durables
  • Voire créer des emplois
  • Améliorer les échanges commerciaux et humains

Historique du projet

Le projet actuel concerne l’extension du marché que nous avons commencé en 2008 afin de développer l’économie locale et donner de meilleures conditions de vente aux commerçants.

Lors d’une visite de suivi des projets en juin 2010 et, en fonction du succès rencontré par la première tranche, le conseil municipal de Douroula nous a confié la deuxième tranche qui comprendra des boutiques, des chambres pour mieux accueillir les visiteurs et voyageurs ainsi qu’un local pour stocker les colis déposés par les transporteurs.

Ce nouveau complexe sera implanté dans le prolongement du premier bâtiment afin de dynamiser les commerces.
Une lettre de confirmation des travaux nous est parvenue de la commune de Douroula qui apportera sa contribution financière à hauteur de 10% et qui demandera la participation d’un groupe d’hommes et de femmes habitués à travailler dans nos chantiers de coopération.

Ce projet sera une opportunité pour la commune mais aussi pour les habitants et les commerçants seront ainsi sédentarisés dans de bonnes conditions de vente.

La commune souhaite s’agrandir vers la route nationale N10 très passagère car l’Etat a implanté toutes les infrastructures administratives (mairie, préfecture, collège) et nous y avons également construit un musée

La commune a donc envisagé de créer un espace commercial au bord de la route en 2007 pour sédentariser un certain nombre de commerçants, recueillir des ressources financières pour la commune et répondre aux besoins des habitants.

Elle nous a sollicités en 2006 pour mener à bien la construction de la première partie qui comprend des boutiques et un maquis (petite restauration)

En fonction du succès rencontré par la première tranche et lors d’une visite sur le suivi des projets en juin 2010, le conseil municipal de Douroula nous a confié la deuxième tranche qui comprendra des boutiques, des chambres pour mieux accueillir les visiteurs et voyageurs ainsi qu’un local pour stocker les colis déposés par les transporteurs routiers, arrêt des lignes de bus situé devant les commerces.

Partenaires locaux

Burkinabé

  • Le Conseil municipal de la commune de Douroula
  • Les habitants de la commune
  • Mme la Députée Koté Abou
  • M Mathias BAZIE de l’association ACACIA située à Ouagadougou : coordonnateur entre la Ville de Besançon et Douroula

Français

  • Afriq’Energies de Besançon
  • Lycée des Métiers BTP Pierre Adrien PÂRIS de Besançon
  • M. Jean Louis Fousseret, maire de La Ville de Besançon jumelée avec Douroula
  • Les sponsors

Réalisation du projet


Lieu

  • commune de Douroula située dans la Région du Mouhoun au Burkina Faso

Résultats concrets attendus :

Au Burkina :

  • Avoir su entraîner les autochtones dans leur développement par une participation active
  • Avoir donné aux habitants un service de proximité
  • Avoir amélioré les conditions de vente et les résultats financiers des commerçants
  • Avoir satisfait les attentes des commerçants, des consommateurs, des voyageurs et des visiteurs
  • Avoir fait évoluer les ressources de la commune
  • Avoir apporté une formation complémentaire aux hommes et aux femmes de la commune

Aux participants français :

  • Avoir su sensibiliser des jeunes au bénévolat et à la solidarité
  • Avoir appris aux jeunes à transmettre leur savoir faire
  • Avoir su préparer les jeunes à s’adapter à un environnement et des conditions de vie « Africains »
  • Avoir enrichi les participants de notions culturelles sur un pays d’Afrique

Bénéficiaires :

  • Commune de Douroula
  • Les commerçants
  • Les villageois
  • Le groupe d’habitants formés aux techniques de construction
  • Les acteurs français

Suivi :

  • La mairie de Douroula assurera donc le suivi puisqu’elle percevra les baux de location
  • La Ville de Besançon lors de ses visites
  • Le coordonnateur de l’association ACACIA
  • L’association Afriq’Energies lors de ses visites

Evaluation et prolongements de l’action :

  • Motivation de la commune par l’investissement financier demandé pour la réalisation du projet
  • Rigueur dans la collecte des baux
  • Investissement d’acteurs locaux dans la construction
  • Liste de commerçants éventuels enregistrés à la mairie de la commune avant la réalisation du projet
  • Avoir les compétences de gérer un commerce et de se diversifier dans les produits afin d’être bien achalandé et approvisionné
  • Utiliser les bénéfices de la location des boutiques, chambres pour réinvestir dans une future extension du centre commercial


PATRIMOINE CULTUREL

Renforcement de l’attractivité du musée de Gnambadou de Douroula

Reconstitution d’un four à réduction de fer datant de 760 ans avant J.C.

Introduction, présentation de l’association et du projet

L’association Afriq’Energies en partenariat avec le lycée des Métiers du Bâtiment et Travaux Publics Pierre Adrien PÂRIS de Besançon interviennent depuis 23 ans au Burkina Faso et au Mali dans des projets concernant l’éducation et la formation professionnelle, le développement économique local, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine et des actions culturelles.

Ces projets sont réalisés à la demande des besoins locaux depuis l’étude de faisabilité (plans, étude de prix, financement) jusqu’à la réalisation complète sur le terrain avec les autochtones ainsi que le suivi des actions.

La commune de Douroula qui comprend 12 villages soit 12600 habitants, elle est située à 25 kms de la ville de Dédougou, implantée sur un grand axe de circulation.

Origine et objectifs de l’action

Genèse du projet :

Des fouilles archéologiques ont été menées entre 1995 et 2000 par Lassina KOTE chercheur en archéologie et préhistoire de l’Université de Ouagadougou. Elles ont mis à jour d’importantes données archéologiques sur la commune de Douroula qui permettent de situer la présence de communautés rurales qui se sont succédées entre le huitième siècle avant JC et les dix-septième siècles après Jésus Christ.

Ces fouilles ont permis de mettre à jour des vestiges de maisons d’habitations circulaires, poteries, bijoux, armes et également des fours à réduction de fer qui illustrent la bonne maîtrise des arts du feu à travers la métallurgie et la poterie.

Une réflexion a été engagée avec l’archéologue entre l’association Afriq’Energies et le lycée Pierre Adrien PÄRIS de Besançon ainsi qu’avec la mairie de Douroula et sa population sur le bien-fondé de construire un musée. Cet édifice aura pour fonctions de valoriser et protéger les recherches archéologiques et aussi de faire connaître leur passé aux jeunes générations ainsi qu’aux visiteurs.

M Jean Jacques Girardot, enseignant chercheur à la Maison des Sciences de l’Homme (Laboratoire CNRS) de l’Université Franche-Comté a également apporté son appui en travaillant avec l’Université de Ouagadougou sur la valorisation du patrimoine culturel et la gouvernance locale.

Tous les partenaires ont reconnu l’opportunité de ce projet, il a donc été décidé de construire un musée en 2006 avec le savoir-faire tant sur le plan technique que financier d’Afriq’Energies et du lycée Pierre Adrien PARIS en partenariat avec la mairie de Besançon, de la Secrétaire d’Etat Paulette Guinchard, des collectivités territoriales et entreprises privées.

Actuellement le musée comprenant une salle d’exposition sur l’archéologie et ethnologique est visité par des scolaires de la région du Mouhoun et quelques visiteurs indépendants.

A ce jour, le constat est effectué par les responsables locaux et les acteurs du nord qu’il n’est pas suffisamment connu sur le plan national et que l’on peut encore l’aménager.

Après plusieurs réunions avec la mairie, l’archéologue, le ministère du tourisme il a été décidé de le médiatiser et de parfaire son aménagement en apportant d’autres équipements. Il est donc prévu de reconstruire le même type de four à réduction de fer trouvé sur les différents sites archéologiques de la région et de reconstruire une table de travail pour écraser les céréales.

Les objectifs arrêtés à la suite de l’état des lieux visent à

  • Réaliser un four tronqué pédagogique de grandeur réelle à l’intérieur du musée afin que les visiteurs comprennent le fonctionnement du four ; une fiche interactive sera réalisée pour les visiteurs.
  • Réaliser un four réel pour obtenir un lingot de fer
  • Réhabilitation d’un ancien four
  • Réaliser l’atelier du forgeron avec ses soufflets
  • Réaliser une table de travail pour écraser les céréales
  • Travailler avec une ethnie spécialisée dans la technique du fer
  • Travailler en étroite collaboration avec l’université de Ouagadougou
  • Sensibiliser les élèves au respect et à la valorisation du patrimoine historique, notion importante dans le cadre de leur formation professionnelle.

Ces aménagements viseront plusieurs objectifs

  • Apporter une plus-value au musée
  • Sauvegarder les techniques anciennes
  • Conserver la mémoire des anciens
  • Informer sur du processus de fabrication du fer
  • Renforcer les échanges cultuels et humains intergénérationnels
  • Apporter nos compétences dans la construction du four en partenariat avec l’archéologue et l’ethnie des BWA (caste ayant le savoir-faire du feu et la terre)
  • Apporter son savoir-faire au développement de la commune la commune
  • Favoriser les échanges et humains et enrichir les hommes sur son histoire pour mieux comprendre les autres.

Partenaires locaux

Burkina Faso

  • La Préfecture
  • Le Conseil Municipal de la commune de Douroula
  • L’Université de Ouagadougou
  • Mme la Députée KOTE Abou
  • Le Ministère de la culture et du tourisme M Mathias BAZIE
  • L’ethnie des BWA
  • L’association ACACIA située à Ouagadougou : coordonnateur de projets entre la Ville de Besançon et Douroula
  • L’Ambassade de France au Burkina Faso
  • L’association ADDD (ressortissants ayant quittés Douroula)

France

  • L’association Afriq’Energies de Besançon
  • Lycée des Métiers B.T.P. Pierre Adrien PÄRIS de Besançon
  • La mairie de Besançon M Jean Louis Fousseret
  • L’Université de Franche-Comté Jean Jacques Girardot
  • Les sponsors (collectivités locales et territoriales et entreprises privées…)

Réalisation du projet


Lieu

  • Commune de Douroula située dans la Région du Mouhoun au Burkina Faso

Calendrier des interventions prévues :

  • juin 2010
    • Etude de faisabilité du projet
    • Échange avec l’archéologue sur le concept et les matériaux nécessaires pour le four
    • Recherche de fonds pour la réalisation des projets
    • Sensibilisation des acteurs du nord sur les techniques de fabrication du Fer avec l’INRAP (Institut National de Recherche en Archéologique Préventive) de Besançon
    • Préparation des participants à cette action
  • Octobre 2011
    • réalisation des projets
    • suivi du projet
    • bilan et évaluation des projets sur le terrain

Ce projet sera réalisé par des élèves de Bac professionnel et BTS recevant une formation en BTP.

  • Ils seront sous la tutelle de leurs professeurs.
  • Le séjour au Burkina Faso sera de 23 jours.

Résultats concrets attendus

Au Burkina :

  • Faire découvrir aux visiteurs le processus de fonctionnement d’un four ancien à réduction de fer et le faire fonctionner
  • Avoir apporté de la plus-value au musée et à la commune
  • Prolonger la mémoire et le savoir des anciens

Aux Français :

  • Avoir accru les connaissances archéologiques des élèves
  • Avoir inculqué les notions de respect des sites archéologiques
  • Avoir sensibilisé les élèves à la visite des musées

Bénéficiaires

  • La Commune de Douroula
  • Les scolaires, la population locale de la région du Mouhoun et les visiteurs burkinabé et étrangers
  • Les acteurs français (relations humaines et échanges techniques)
  • Les étudiants en archéologie de l’université de Ouagadougou
  • Le maquis (petite restauration de brousse de Douroula)

Suivi
Il se fera par :

  • Le Conservateur du musée récemment affecté
  • L’archéologue burkinabé Lassina KOTE Le coordonnateur de l’association ACACIA Mathias BAZIE
  • Mme la Députée KOTE Abou
  • La commune de Douroula
  • L’association Afriq’Energies lors des échanges avec l’archéologue et par des visites sur le terrain

Evaluation et prolongements de l’action

  • Critères et moyens pour évaluer l’évolution et le bon déroulement du projet
  • Respect des engagements prévus sur la participation tant sur le plan technique qu’humain de l’archéologue
  • Participation de l’ethnie des Bwa en travaillant avec de jeunes français
  • Engagement et soutien du Ministère de la Culture et du Patrimoine dans la création d’un poste d’un responsable du musée
  • Motivation du groupe des jeunes français par l’investissement exigé sur le plan scientifique technique et humain pour la réalisation du projet
  • Un bilan sur le fonctionnement du musée et ses perspectives
  • Audit de satisfaction auprès des visiteurs
  • L’engagement de la commune à réinvestir les bénéfices de la billetterie dans la maintenance du musée
  • Evaluation des acteurs français tant sur le plan savoir-faire que sur le plan du savoir être
  • Bilan moral et financier de l’action avec les acteurs français.

Prolongements envisagés

Après avoir effectué la réalisation des aménagements et la médiatisation du musée la commune pourra demander la création d’un poste de responsable du musée. Il aura pour fonction de dynamiser et de mettre en place des expositions thématiques dans la partie ethnologique avec d’autres acteurs locaux et voire même avec les acteurs du nord.

L’Etat s’engage à assurer le salaire du responsable du musée.

La commune envisage de mettre en place une billetterie pour assurer la maintenance du musée et de poursuivre le développement du musée en lien avec l’archéologue.

Action de sensibilisation en France

  • Sensibilisation à la situation de développement africaine
  • Sensibilisation à la participation bénévole à des chantiers de coopération solidaire
  • Sensibilisation aux fouilles archéologiques avec le concours de l’INRAP
  • Formation aux techniques de construction
  • Préparation à la découverte de la culture africaine
  • Sensibilisation des acteurs au respect du contrat moral qui comprend participation, préparation, exploitation et respect de l’autre
  • Exploitation de l’action sur le plan moral, technique et culturel

REHABILITATION DE LA MAISON DU JUMELAGE DE DOUROULA

Etat des lieux

Dans le diagnostic effectué par les universités de Franche Comté et de Ouagadougou il apparaît que le patrimoine de cette région et très riche tant sur l’architecture, sur l’histoire i que sur le volet socioculturel.

La réalisation d’un musée communal, conçu et réalisé par Afriq’Energies en partenariat avec l’archéologue
Lassina KOTE, permet de faire découvrir 3000 ans d’histoire africaine ainsi qu’un des plus anciens sites archéologiques de l’Afrique de l’Ouest ; d’autant que l’on trouve dans cette région différentes ethnies, une architecture très variée, un artisanat à valoriser et un environnement naturel très riche (forêts classées, rivières, agriculture et lieux sacrés).

Afin d’accueillir des visiteurs en mettant en place le futur projet d’éco-tourisme, il faudrait envisager de réaliser un campement offrant des qualités d’accueil correctes (demande de la commune en 2007)

Actuellement il existe une maison du jumelage aménagée sommairement pour accueillir des groupes.

Il serait opportun de commencer par la réhabilitation de la maison du jumelage et ensuite de construire des cases. Cela consistera à :

  • Réhabiliter la maison en créant des espaces individualisés et un service de restauration
  • Créer des emplois
  • Apporter des ressources complémentaires à la commune de Douroula
  • Apporter des ressources complémentaires au personnel
  • Mettre en place un plan de formation pour les acteurs

Maîtres d’Ouvrage

  • Commune de Douroula, Ville de Besançon - Neufchâtel

Maîtres d’Œuvre

  • Afriq‘Energies et lycée Pierre Adrien PÂRIS de Besançon, ainsi que l’ADDD

Dossiers

  • Documents existants : dossier de plan sommaire avec cahier des charges
  • Descriptif succinct, Photos du bâtiment

Objectifs

Dans cette restructuration plusieurs objectifs sont à viser par rapport au cahier des charges :

  • optimiser l’espace existant pour mieux accueillir des visiteurs en leur donnant un maximum de confort adapté au contexte africain et au lieu
  • améliorer le confort sur le plan thermique (température maxi 45°C, saison des pluies : mai à octobre)
  • créer des espaces nuits individualisés pour deux personnes avec moustiquaire et sanitaire individuel (douche, lavabo, sachant qu’il n’y pas d’eau courante, de tout à l’égout ni d’électricité ( prévue en 2009 /10 ?? )
  • les WC seront réalisés à l’extérieur pour des raisons d’hygiène
  • prévoir un espace de restauration (cuisine sommaire avec magasin et salle de restaurant)
  • aménager un espace de vie convivial
  • réaliser les travaux à moindre coût en utilisant les matériaux locaux et les techniques locales
  • Rechercher un type d’aménagement en donnant un caractère africain
  • Réaliser les cases

Travail attendu

  • Remettre au propre le plan de la maison
  • Effectuer des propositions d’aménagements APS
  • Chiffrer les avants projets et retenir un projet en concertation avec la commune
  • Réaliser le dossier des APD : devis estimatif et planning
  • Présentation du projet à la commune de Douroula
  • Devis estimatif avec les fournisseurs de matériaux et entreprises burkinabé

EDUCATION : RENOVATION DES CLASSES PRIMAIRES

Introduction

L’association Afriq’Energies en partenariat avec le lycée des Métiers du Bâtiment et Travaux Publics, Pierre Adrien PÂRIS de Besançon, interviennent depuis 23 ans au Burkina Faso et au Mali dans des projets concernant l’éducation et la formation professionnelle, le développement économique local, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine et des actions culturelles. Ces projets sont réalisés à la demande des locaux depuis l’étude de faisabilité (plans, étude de prix, financement) jusqu’à la réalisation complète avec les autochtones ainsi que le suivi des actions. La commune de Douroula qui comprend 12 villages soit 12600 habitants, est située à 25 kms de la ville de Dédougou, implantée sur un grand axe de circulation.

Origine et objectifs du projet

Lors de nos interventions dans les actions nous avons toujours impliqué la population dans la réalisation des projets de construction afin de les former aux nouvelles techniques de construction. Nous nous efforçons d’apporter notre aide dans le domaine de l’éducation qui est la base du développement d’un pays.

Nous avons participé en 1987 à la construction des classes du groupe scolaire en question. A ce jour, les murs des classes sont délabrés ce qui rend l’intérieur très sombre, peu accueillant ce qui rend la pratique de la lecture et de l’écriture difficile. Le directeur nous a donc sollicités pour que nous aidions la commune dans cette rénovation.

Par rapport à cette demande, les objectifs de cette action sont :

  • Améliorer le cadre de travail des utilisateurs de la classe
  • Motiver les élèves à aller à l’école dans des locaux attractifs dans le but de s’instruire
  • Faire participer les plus grands élèves aux travaux sous la tutelle de leur instituteur et également avec les membres de l’association des parents d’élèves
  • Apporter nos compétences par la rénovation des classes
  • Favoriser les échanges humains.

Partenaires locaux

Au Burkina Faso :

  • La Préfecture
  • Le conseil municipal de la commune de Douroula
  • Le groupe de jeunes burkinabé, instituteurs et parents d’élèves
  • Mme la Députée KOTE Abou
  • L’association ACACIA située à Ouagadougou : Mathias Bazié, coordonnateur de projets entre la Ville de Besançon et Douroula
  • Les villageois
  • L’ADDD

En France :

  • L’association Afriq’Energies de Besançon
  • Lycée des Métiers B.T.P. Pierre Adrien PÄRIS de Besançon
  • Les sponsors (collectivité locales et territoriales et entreprises privées…)

Réalisation du projet

Lieu :

  • commune de Douroula situé dans la Région du Mouhoun au Burkina Faso

Intervention prévue :

  • Juin 2010 : recensement des besoins des demandeurs
  • Juin 2010 à juin 2011 : étude de faisabilité du projet
  • Octobre 2011 : mise en place du plan de formation sur le terrain pendant une durée de 15 Jours
  • Après Octobre2011 : suivi du projet par les intéressés
  • Octobre 2011 :/ bilan du projet lors d’une visite de suivi des projets
  • Ce projet sera conduit par des élèves en deuxième année de BAC pro et BTS ayant les compétences requises sous la tutelle de leurs professeurs

Résultats concrets attendus

Au Burkina

  • Avoir su répondre aux attentes et aux besoins des locaux
  • Avoir su donner de bonnes conditions de travail aux intéressés
  • Valider notre accompagnement dans le développement local de la commune dans une politique de développement durable

Par les participants français :

  • Avoir su sensibiliser des jeunes au bénévolat à la solidarité et à la culture africaine
  • Avoir su transmettre leur savoir faire aux autres
  • Avoir su apporter aux participants d’autres ressources culturelles et humaines

Bénéficiaires

  • Commune de Douroula
  • Le groupe de jeunes burkinabé et leur famille
  • Les acteurs français (relations humaines et échanges techniques)
  • Les commerçants locaux

Suivi

  • La commune de Douroula
  • Le coordonnateur de l’association ACACIA
  • Mme la Députée KOTE Abou
  • L’association Afriq’Energies lors de ses visites
  • Le groupe des formés

Evaluation et prolongement de l’action

Critères et moyens pour évaluer l’évolution et le bon fonctionnement du projet

  • Motivation du groupe burkinabé à s’investir dans la rénovation de leur patrimoine
  • Respect des engagements prévus sur la participation tant sur le plan humain et financier.
  • Evaluation des acteurs français tant sur le plan savoir-faire et être
  • Bilan moral et financier de l’action avec les acteurs français
  • Viabilité à terme du projet :

Ce projet ne sera viable que si la commune prévoit à l’avenir dans son budget la maintenance des locaux rénovés avec l’aide apportée par la coopération ce qui permettra d’investir dans d’autres projets qui pourront apporter de la plus-value à la commune

Prolongements envisagés :

  • En fonction des résultats obtenus.
  • Action de sensibilisation :

En France :

  • Sensibilisation à la situation de développement africaine
  • Sensibilisation aux chantiers de coopération
  • Formation aux techniques de construction et à la culture africaine
  • Mettre en place le plan de formation des élèves de BTS en formation en bâtiment qui auront pour mission de former les jeunes burkinabé
  • Sensibilisation des acteurs au respect du contrat sur leur engagement moral qui comprend : préparation, réalisation exploitation et respect de l’autre.

FORMATION – GESTION ET SAISIE DE CHANTIER – CREATION D’ENTREPRISE

Introduction

L’association Afriq’Energies en partenariat avec le lycée des Métiers du Bâtiment et Travaux Publics Pierre Adrien PÂRIS de Besançon interviennent depuis 23 ans au Burkina Faso et au Mali dans des projets concernant l’éducation et la formation professionnelle, le développement économique local, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine et des actions culturelles.

Ces projets sont réalisés à la demande des besoins locaux depuis l’étude de faisabilité (plans, étude de prix, financement) jusqu’à la réalisation complète avec les autochtones ainsi que le suivi des actions.
La commune de Douroula qui comprend 12 villages soit 12600 habitants, est située à 25 kms de la ville de Dédougou, implantée sur un grand axe de circulation.

Origine et objectifs du projet

Lors de nos interventions dans nos actions nous avons toujours impliqué la population dans la réalisation des projets de construction afin de les former aux nouvelles techniques de construction.
Nous nous efforçons d’apporter notre aide dans le domaine de l’éducation et de la formation qui sont les bases du développement d’un pays.

Lors de nos chantiers nous avons sensibilisé un groupe d’hommes à participer à la construction de certains bâtiments afin qu’ils acquièrent des compétences pratiques dans le domaine de la maçonnerie, de la charpente, de la couverture et des finitions.

A ce jour, certains hommes du groupe souhaiteraient se mettre à leur compte pour créer une entreprise artisanale. Ils nous ont demandé un plan de formation sur la saisie de chantier qui aborderait l’avant métré, la rédaction de devis quantitatifs et d’estimatifs, la commande des matériaux ainsi que le suivi des travaux.

Par rapport à cette demande, les objectifs de cette action sont :

  • de donner des cours élémentaires à la lecture de plan sur des projets africains et matériaux locaux
  • de donner les techniques de bases du métré pour décomposer l’ouvrage eu ouvrages élémentaires
  • d’estimer les besoins en matériaux
  • de chiffrer le coût des matériaux entrant dans l’ouvrage par rapport à des offres de prix
  • de calculer le temps d’exécution et le coût main d’œuvre
  • de calculer la marge bénéficiaire pour réinvestir
  • d’organiser le chantier en prévoyant matériel, matériaux, main d’œuvre, temps d ‘exécution
  • de donner des compétences nécessaires à la bonne gestion d’un chantier
  • de donner des outils pour suivre la comptabilité : documents
  • de donner les bases à l’utilisation de l’outil informatique ordinateur portable
  • d’évaluer le degré d’autonomie des formés sur un projet concret

Partenaires locaux

Au Burkina Faso :

  • La Préfecture
  • Le conseil municipal de la commune de Douroula
  • Mme la Députée KOTE Abou
  • L’association ACACIA située à Ouagadougou : Mathias Bazié, coordonnateur de projets entre la Ville de Besançon et Douroula
  • Le Groupe d’hommes concernés
  • L’Association ADDD

En France :

  • L’association Afriq’Energies de Besançon
  • Lycée des Métiers B.T.P. Pierre Adrien PÂRIS de Besançon
  • Les sponsors (collectivité locales et territoriales et entreprises privées…)

Réalisation du projet

Lieu

  • commune de Douroula situé dans la Région du Mouhoun au Burkina Faso

Intervention prévue

  • Juin 2010 : recensement des besoins des demandeurs
  • Juin 2010 à juin 2011 : étude de faisabilité du projet et préparation des cours
  • Octobre 2011 : mise en place du plan de formation sur le terrain pendant une durée de 15 Jours
  • Après Octobre2011 : suivi du projet par les intéressés
  • Octobre 2012 :/ bilan du projet lors d’une visite de suivi des projets

Ce projet sera conduit par des élèves de BTS ayant les compétences requises sous la tutelle de leurs professeurs Construction en BTC

Résultats concrets attendus

Au Burkina

  • Avoir su répondre aux attentes et aux besoins des locaux
  • Avoir su donner de bonnes conditions de travail aux intéressés
  • Avoir su donner les bases scientifiques et intellectuelles ainsi que les outils à la création de leur groupement
  • Apporter de la richesse à des familles
  • Maintenir les habitants dans leurs villages
  • Améliorer leurs conditions de vie et répondre aux besoins de la commune
  • Valider notre accompagnement dans le développement local de la commune dans une politique et développement durable avec les autorités locales et les formés.

Par les participants français :

  • Avoir su sensibiliser des jeunes au bénévolat à la solidarité et à la culture africaine
  • Avoir su transmettre leur savoir faire aux autres.
  • Valoriser les compétences des formateurs
  • Avoir su enrichir les participants à d’autres richesses culturelles et humaines

Bénéficiaires

  • Commune de Douroula
  • Le groupe de jeunes burkinabé et leur famille
  • Les acteurs français (relations humaines et échanges techniques)

Suivi

  • La commune de Douroula
  • Le coordonnateur de l’association ACACIA contrôlera leurs démarches
  • Mme la Députée KOTE Abou
  • L’association Afriq’Energies lors de ses visites
  • Le groupe des formés devra nous envoyer leurs études et suivi de chantiers afin de corriger ou non leurs démarches.

Evaluation et prolongement de l’action

Critères et moyens pour évaluer l’évolution et le bon fonctionnement du projet

  • Evaluation des formés à la fin du plan de formation sur un projet futur
  • Mis en place d’objectifs précis par les formés avec un cahier des charges pour leur projet
  • Estimation du degré d’investissement et de la motivation du groupe des burkinabé à s’investir dans la réalisation de leur propre projet
  • Respect des engagements prévus sur la participation tant sur le plan humain et financier.
  • Exploitation des acquis professionnels reçus lors de la formation
  • Utilisation et Exploitation des documents remis
  • Envoi des dossiers par Internet à Afriq’Energies les estimations et bilans de chantiers
  • Evaluation des acteurs français tant sur le plan savoir-faire et être
  • Réalisation d’un bilan moral et financier de l’action avec les acteurs français.

Ce projet ne sera viable que :

  • si les formés appliquent scrupuleusement les règles et consignes reçues sur la préparation et la gestion de chantier, et dans la tenue de leur comptabilité
  • si les formés démontrent une volonté de s’améliorer dans et de développer leur entreprise artisanale
  • si les facteurs savent réinvestir leur bénéfice dans l’investissement en matériel.

Action de sensibilisation

En France :

  • Sensibilisation à la situation de développement africaine
  • Sensibilisation aux chantiers de coopération
  • Formation aux techniques de construction et sensibilisation à la culture africaine
  • Mise en place du plan de formation par des élèves de BTS en formation en bâtiment qui auront pour mission de former les jeunes burkinabé
  • Sensibilisation des acteurs au respect du contrat sur leur engagement moral qui comprend : préparation, réalisation, exploitation le tout dans le respect de l’autre

Burkina Faso

  • Lettre de motivation pour développer leur projet

SANTE

Mise en place d’une action éducation/santé

Cette action sera menée par deux infirmiers diplômés

Ils auront plusieurs missions à effectuer pour ce séjour :

  • S’informer sur les maladies tropicales et sur les règles d’hygiène à respecter en Afrique
  • Sensibiliser les acteurs Nord avant le départ sur les règles d’hygiène et alimentaire à respecter et les précautions à prendre lors du séjour
  • Assurer la couverture du groupe lycéen sur le plan médical pendant le séjour
  • Conduire le projet hygiéno-diététique demandé par les jeunes mamans pour les accompagner dans le sevrage et la contraception, l’alimentation, l’hygiène et sur les symptômes des maladies infantiles (diarrhée, réhydratation) et la malnutrition en lien avec le major du poste de santé primaire et la responsable de la maternité de Douroula :
  • Réaliser des affiches pédagogiques
  • Utiliser la bouillie UNICEF pour les nourrissons
  • Animer les réunions avec les femmes
  • Aborder le problème du SIDA
  • Evaluer l’action
  • Règles d’hygiène
  • Rencontrer les écoles pour les sensibiliser sur les règles d’hygiènes et d’alimentaire
  • Travailler au CSPS et à la Maternité
  • Repérer les thérapeutiques utilisées par la population, les pathologies existantes

Ces projets seront préparés par des échanges avec le major et la responsable de la maternité.


ACTIVITES CULTURELLES
A LA DECOUVERTE DE L’AUTRE ET DE SA CULTURE

Les séjours au Burkina Faso, et dans la commune de Douroula plus particulièrement, sont toujours l’occasion de rencontres extraordinaires, de moments de partage forts, d’échanges sur nos traditions et nos coutumes ainsi que les leurs.

Les projets culturels ont donc toute leur place dans ce séjour voué essentiellement au chantier de construction, par cette approche de la culture de « l’autre », nos élèves comprendront mieux l’histoire de ce pays et ses traditions ancestrales, c’est aussi la découverte d’un pays en voie de développement parmi les plus pauvres de la planète, une sensibilisation aux problèmes liés à la pauvreté.

Nous espérons ainsi que le mot solidarité et bénévolat ne resteront de vagues notions abstraites et que ce séjour rendra nos élèves plus responsables et citoyens.
Objectifs

Avant le séjour :

  • Travailler avec les élèves sur la géographie, l’histoire, les coutumes du Burkina Faso
  • Organiser la semaine de solidarité internationale au lycée du 13 au 20 novembre 2010
  • Etre sensibilisé au développement durable
  • Apprendre à réaliser un carnet de voyage
  • Préparer des soirées à thèmes pour le séjour : diaporama sur nos us et coutumes, contes, théâtre.....

Pendant le séjour :

  • visite de la capitale : OUAGADOUGOU
  • visite de centres artisanaux abordant l’art africain
  • visite du musée ethnologique de Manéga et de Laongo
  • visite de deux centres professionnels du bâtiment
  • réalisation d’une étude sur l’architecture africaine
  • découverte de constructions antérieures réalisées par les élèves du lycée
  • visite des villages de la commune de Douroula et découverte de la vie quotidienne
  • projection d’un diaporama sur nos coutumes aux villageois
  • découverte du milieu, des us et coutumes et traditions, religions et de l’architecture
  • participation aux activités culturelles : contes, théâtre, musique ; en coordination avec une association africaine
  • mise en place de deux ateliers sur l’art africain : batik et bronze avec des artisans locaux
  • découverte d’une autre culture et échanges avec des notables et des jeunes africains
  • préparation et élaboration d’un carnet de voyage

Après le séjour :

  • Terminer le carnet de voyage avec DVD
  • Rendre compte des actions aux autres élèves du lycée
  • Réaliser une exposition du séjour et/ou un diaporama